jeudi 30 avril 2009

Woman Allegedly Smuggled $12M in Gold Bars Using Purse

A longtime employee of a major Queens jewelry manufacturer stole a staggering 500 pounds of gold by smuggling it in her handbag over a nearly six-year period, prosecutors announced.

Teresa Tambunting, 50, of Scarsdale, N.Y., allegedly stole the shiny merchandise by concealing it in a false bottom she created in the lining of her pocketbook, Queens District Attorney Richard Brown said Wednesday.

"With gold trading at nearly $900 an ounce, the defendant is accused of establishing a virtual mining operation in Long Island City which siphoned off millions of dollars' worth of the precious metal from her employer," Brown said.

Officials at Jacmel Jewelry in Long Island City, where Tambunting had worked for 28 years, noticed they were missing up to $12 million worth of gold in January.

After an investigation was launched, Tambunting, who became a vault manager in 1991, arrived at Jacmel's offices with a suitcase containing 66 pounds of gold with an estimated value of $868,000. Tambunting allegedly told detectives that she had taken the gold, Brown said. A subsequent search of her home revealed 447 pounds of fine gold. The thefts allegedly occured between January 2004 and April 2009, Brown said.

Tambunting was released on $100,000 bail and ordered to return to court on May 19. She faces up to 25 years in prison if convicted on charges of first-degree larceny and first-degree criminal possession of stolen property.

Jewelers make a date with social networking

New York--In an economy where marketing dollars are hard to come by, viral marketing--the kind that can spread a message far and wide by word of mouth--might be part of the cure for ailing retail jewelers.

Social-networking Web sites such as Facebook, for which membership is free, can help jewelers expose their business to thousands of potential customers, particularly young engagement ring shoppers, without spending a dime.

The "2008 Channel Preference Survey" from Indianapolis-based e-mail marketing software company ExactTarget shows that of those U.S. Internet users surveyed within the 18- to 24-year-old age range, 75 percent use social-networking Web sites.

That number drops to 57 percent in the 25- to 34-year-old age range, 38 percent for the 35- to 44-year-old group, 29 percent for the 45- to 54-year-old demographic and 13 percent for Internet users ages 55 to 64.

If a store demographic is on the younger end of the spectrum--or if a retailer is looking to diversify its customer base--experts recommend taking the plunge into social networking, but say retailers need to make sure they have the staff to keep up with the 24/7 nature of doing anything Internet-related.

Au-Co Mai, founder of online jewelry store and vice president of technology on the Women's Jewelry Association board, recommends Facebook as a venue for retailers seeking out a more retail-minded demographic.

Founded in 2004, Facebook says it now has more than 140 million active users (defined as those who have returned to the site in the last 30 days), with its fastest growing user demographic being those who are 25 and older.

"To me, this [is] a huge opportunity to develop relationships with a large pool of people who are educated and who like to engage not only with friends but also for things they feel connected to," Mai says. "This includes causes, charities, political groups and brands."

Mai says retailers can create "fan pages" for their stores, allowing friends and contacts to sign on as "fans" of their brand.

Tiffany and Co. recently created its own fan page on Facebook, after a number of the brand's devotees had taken it upon themselves to create unofficial Tiffany fan pages where they discussed items they owned or that they wanted to own.

The company's own official page featured a display of the work of Tiffany designer Paloma Picasso, which fans had a chance to weigh in on.

"We like the new range from Tiffany and Co.," one user wrote.

The Tiffany Facebook entry also includes a link to a page explaining Tiffany's environmentally friendly philosophies, another link to a page featuring celebrities and a discussion board on Tiffany-related topics, such as fans' first-ever or favorite piece.

The company also had fans from countries including Australia and Bulgaria joining a discussion in which they detailed their first-ever gift or purchase from Tiffany.

Members only

Instead of creating a fan page, retailers can simply become members of a social-networking site, as did New York's Firenze Jewels, which recently stepped into the MySpace and Facebook spheres, hoping to drum up new business, says Christian Montalvo, the store's Internet marketing manager.

While uncertain of how successful that maneuver will be initially, Montalvo is sure that social networking is the wave of the future.

"Today's younger consumers [about 35 years of age and under] demand to communicate and interact with companies in ways we've never seen before," Montalvo said in a message to National Jeweler sent via Facebook. "These people are buying engagement rings, wedding bands and gifts for their significant other. This informed generation is more comfortable with making larger purchases without ever stepping foot in a physical store. A business' reputation and 'social' presence on Web sites like these helps these buyers be more comfortable with making that decision."

Whether it's a fan club or just a regular page, social-networking sites allow jewelers to communicate about upcoming in-store events, post pictures from past events and provide helpful product information.

Facebook, for example, features a "wall" and/or a discussion board, two places on the home page where users can post comments about a store's products or their own shopping experience--remarks that can be read by other online "friends" of the store.

Minding the virtual store

When developing their social-networking pages, however, retailers should remember that they are not just putting up an online advertisement but opening up a dialogue with consumers--and one that should be monitored, says Susan Barns, a professor of communication and associate director of the Lab for Social Computing at the Rochester Institute of Technology in Rochester, N.Y.

Retailers need to be prepared to offer their social-networking friends benefits such as tips on buying diamonds, or information about the store's custom engagement ring program.

"It's not just in-your-face-marketing," Barnes says. "That's what these online things are all about, developing relationships, not just advertising products."

Retailers should also be on guard for negative remarks that might be posted and post responses to them quickly, she says.

"You need people to check and see what's being said about you," Barnes says. "It is more work."

Steven Singer, who owns Steven Singer Jewelers in Philadelphia, assigned two of his female staffers, both in their early 20s, to the task of creating social-networking pages for the store on Facebook and MySpace, hoping the store's accessibility on the sites would appeal to his clientele.

The majority of customers at his bridal-focused store tend to be in their 30s. One drawback of being part of the social-networking world, Singer acknowledges, is that the sites require monitoring, and he currently doesn't have the staff to do so more than every few weeks.

To address the issue, Singer says he just expanded his staff to include a more active Internet department that will be charged with monitoring the store's social-networking activity, among other duties.

"It's just another vehicle, another way to reach out," Singer says. "People like it."

New site 'spots' jewelry for consumers

Paso Robles, Calif.--MVI Marketing Ltd. has announced the launch of a new Web site designed to help the jewelry industry sell more jewelry on the Internet and attract consumers to jewelry Web sites.

Called Jewelry Spotter--We've Spotted the Best Jewelry Deals For You!, the Web site allows jewelry brands, manufacturers and retailers to upload photos and information about jewelry products for sale on their Web sites.

In turn, Jewelry Spotter allows consumers to define their search for specific jewelry products and price points and allows jewelry Web sites to match their offers to the same specifics that consumers have listed.

Jewelry Spotter will also have jewelry accessories such as jewelry boxes, repair kits and cleaners listed for consumers.

"Nearly 90 percent of consumers use search engines to research their purchases online before buying anything, and almost 30,000,000 people type in the word 'jewelry' in Google each month," MVI Chief Executive Officer Marty Hurwitz said in a media release. "These consumers are the future for the jewelry industry. We need to tap into these consumers and get them to visit specific product offerings that match their search requirements."

Companies who are interested in offering product links on Jewelry Spotter should contact Hurwitz at or visit the Jewelry Spotter Web site,

"We are looking for products from every part of the fine-jewelry industry, including diamonds, colored stones and all metal jewelry before the first consumer visits," Hurwitz said. "Consumers use the Web for 'value and convenience' at the speed of light and will give it to them. The quality of the consumer search is paramount."

Jewelry Spotter's consumer launch and press campaign is set for June 2009.

MVI Marketing is a consumer market-research company for the worldwide gem, jewelry and watch industries, providing market intelligence, strategic direction and research about the industry and the consumers who purchase the product though its Jewelry Consumer Opinion Council (JCOC).

samedi 25 avril 2009

Rihanna seeks return of $1.4 million in jewelry

Singer Rihanna has asked the LA police to return jewellery taken as evidence the night she was allegedly attacked by her boyfriend Chris Brown.

Police took earrings and three rings from the singer hours before the Grammy Awards ceremony in February.

The items, which were on loan from a shop, are worth over $1.4m (£1m).

Lawyer Donald Etra, who represents the 21-year-old star, said the detective overseeing the case did not object to the return of the items.

The shop which owns the jewellery has asked Rihanna to give the goods back as soon as possible.


Mr Etra told the BBC: "Apparently, initially, the police felt that it would be needed as evidence. Now the belief is that photographs would be more than sufficient.

"That being the case, we're asking the District Attorney to return the pieces."

The request for the return of the jewellery states that lawyers for Mr Brown are also happy for the pieces to be released.

Mr Brown, 19, was arrested after rowing with Rihanna in a parked car. Both singers cancelled their scheduled appearances at that evening's Grammy awards.

Later Mr Brown said he was "sorry and saddened" by the incident and had already sought counselling.

He also withdrew his name from Nickelodeon's Kid's Choice Awards after coverage of the events "shifted the focus from the music".

Last month Mr Brown was charged with assault and making criminal threats and is next due to appear in court on 29 April. He denies the charges.

Black Hills Gold Jewelry by the South Dakota Gold Company

jeudi 23 avril 2009

Salon Privé Haute Joaillerie Dubai under preparation Share

Salon Privé Haute Joaillerie Dubai- is an exclusive by-invitation-only fine jewellery event, which Dubai is gearing to host during October 18-22, 2009 at the Madinat Jumeirah. The event is a joint venture between two veteran luxury marketing organisations, The Nancy Robey Partnership, Inc., headquartered in New York City, and Turret Middle East, based in Abu Dhabi and a foundation partner of the Abu Dhabi National Exhibitions Company.

The orgainsers have begun outlining the show’s deliverables - showcasing exhibits of the prominent elite jewellers and luxury timepiece designers and manufacturers, offering introductions to new retail business opportunities in India, China, Russia, Ukraine, Eastern Europe, Asia, and the Middle East, according to event organizers, a conference programme being planned in association with The Luxury Marketing Council Middle East led by CEO T.B. McClelland, Jr., said Nancy Robey, of The Nancy Robey Partnership. Exhibitors will be limited to 82 designers as well as select high-end non-jewellery sponsors, including other luxury brands, publications, and service organisations. Approximately 130 international luxury retail companies, will be invited and a group of high net worth consumers who reside in the Emirates and Middle East will be invited on the fourth and final day, as is customary for shows in the region.

“Dubai was the chosen venues as Richard Hease, chairman of Turret Middle East explains; “The World Wealth Report 2008, produced by Capgemini and Merrill Lynch, showed a 15.6 percent increase in the number of high net worth individuals in the Middle East in 2007, and they direct 32 percent of their “investments of passion”—which reportedly the rich buy to display their wealth— into jewellery purchases. This is the highest percentage of all regions of the world, with other target markets, Russia, Eastern Europe and Asia, next in ranking. In addition, Dubai is a tax-free, duty-free zone”.

Salon Privé Haute Joaillerie Dubai Advisory Council comprises some of the most distinguished names in luxury and jewellery brands, including Antoine Hakim, Bapalal Keshavlal, Daniela Ufken of Precious Times Middle East, Dhamani, Doris Panos, Judith Ripka, Luxury Marketing Council Middle East, Meeling Wong Associates, Nabil Masri, Prince Dimitri of Yugoslavia, Richard Zucker of Exhibit Management Corp., Tamara Comolli, Tanzanite Foundation, and Tiret New York.

mercredi 22 avril 2009

mardi 21 avril 2009

dimanche 19 avril 2009

Le nouveau site Chaumet fait peau neuve et s'offre une nouvelle version pour 2009. Depuis le 6 février, les internautes peuvent découvrir le nouveau site de la maison de joaillerie. Mise en page plein écran, et une rubrique "magazine" avec du contenu exclusif, comme la vidéo du making-of de la dernière campagne publicitaire avec Sophie Marceau, ou bien un clip sur les Révélations des César 2009. Une bonne raison d'aller découvrir la collection de bijoux, sans compter que la Saint Valentin approche à grands pas.

samedi 18 avril 2009

Pourquoi l'or va-t-il repartir à la hausse

Pour croire dans la future hausse de l'or, il faut être convaincu d'une chose : l'or est une monnaie non fiduciaire, c'est-à-dire qui n'est pas fondée sur la signature d'un Etat. Il faut même admettre que c'est la seule monnaie non fiduciaire. C'est pour cela qu'il "flique" les dérives des monnaies papiers, qui sont toutes des monnaies fiduciaires.

L'or reste une monnaie internationale
Qu'est-ce qui permet d'affirmer que l'or est une monnaie et non pas simplement une matière première pour la joaillerie, et en mineur pour l'industrie ?

Une matière première se consomme, ce n'est pas le cas de l'or. Si le prix de l'or était uniquement déterminé par la bijouterie, il s'échangerait à un prix bien inférieur. Car un énorme stock d'or d'investissement – 160 000 tonnes – est disponible. Parallèlement, 2 600 tonnes d'or sortent chaque année des mines.

Autre preuve : en 1999-2000, pour cause d'effet millénaire, la demande en joaillerie a été particulièrement robuste. Pourtant, le cours de l'or a touché un point bas.

Si vous voulez un deuxième argument, regardez le comportement de l'or par rapport aux autres métaux précieux : il n'évolue pas du tout de la même façon. Argent, platine, palladium, les cours de ces métaux précieux ont suivi la cotation de toutes les autres matières premières. Un sommet a été atteint en 2008 et une stabilisation à un point bas s'est produite au premier trimestre de 2009. Bilan : plus de 50% de chute.

Ce n'est pas du tout le cas de l'or, puisqu'une once d'or achète beaucoup plus d'argent, de platine, de palladium et même de pétrole qu'il y a douze mois.

Tout récemment, et ce sera mon troisième argument, vous constaterez que lorsque la Banque centrale américaine a décidé de racheter ses propres obligations, l'or a bondi de 8% en une journée. Il est donc apparu clairement que des dollars étaient imprimés sans aucune contrepartie, et les marchés se sont tournés vers le métal jaune.

L'or met tout le monde d'accord et transcende les frontières. Partout dans le monde, ceux qui détiennent de l'or d'investissement ne s'en séparent pas si facilement et n'alimentent pas les autres marchés.

jeudi 16 avril 2009

Faut-il préférer les bijoux à l'or comme valeur refuge ?

Le quotidien suisse Le Temps citait un secteur qui, en Islande, ne connaissait pas la crise : faute de pouvoir, dans la pratique, acheter de l'or physique, les habitants de ce pays se ruent sur les montres de luxe, en particulier les Rolex, considérées désormais comme l'un des rares investissements encore fiables de cet Etat en faillite.

L'idée n'est d'ailleurs pas nouvelle. Dans les périodes troublées, les bijoux, sertis de pierres précieuses, facilement transportables, atteignent des montants parfois particulièrement élevés. Ils permettent de concilier l'utile à l'agréable : bijoux, pour les femmes, et montres de prestige, pour la gent masculine, conjuguent ainsi plaisir et placement avisé.

Mais la réalité correspond-elle véritablement à cette image idyllique, complaisamment véhiculée par les professionnels du secteur ?

Le lingot ne se démode pas
Sur le long terme, les bijoux offrent un inconvénient majeur : ils se démodent particulièrement rapidement. La taille et le coloris des pierres recherchées ne sont plus les mêmes que celles exigées il y a quelques dizaines d'années.

Les rares bijoux du XVIIIe siècle, tout comme l'abondante production du XIXe siècle, sont délaissés. Pour le siècle dernier, hormis la joaillerie la plus récente, il n'y a guère que les créations Art nouveau ou Art déco qui restent recherchées.

Pour l'essentiel, la revente d'un bijou se réduit le plus souvent à son poids en or, augmenté, le cas échéant, de la valeur des pierres précieuses qui l'accompagnent. La griffe d'une grande maison (Cartier, Tiffany, Van Cleef & Arpels, etc.) offre certes la garantie d'une plus-value appréciable.

Pour l'horlogerie de prestige, si les pièces récentes sont recherchées, les montres bracelets plus anciennes, à partir des années 1925, connaissent également des prix soutenus.

A plus court terme, la joaillerie peut-elle rivaliser avec l'or d'investissement, que nous considérons actuellement comme l'un des meilleurs moyens pour préserver son capital dans la présente crise ?

Le bilan n'est guère enthousiasmant. Seuls quelques bijoux massifs (gourmettes, porte-cigarettes, etc.) ont pu suivre, ces derniers temps, la bonne tenue du métal précieux. Les pièces de joaillerie les plus onéreuses comprennent généralement des pierres précieuses, dont le prix a fortement baissé avec la crise. A Anvers, le cours du carat dévisse. L'indice PolishedPrices des diamants a ainsi chuté de plus de 135 points à mi-2008, pour atteindre 111 ces derniers jours.

Aucune amélioration n'est envisagée à court terme, malgré la diminution probable de la production. Les montres de luxe ne sont pas logées à meilleure enseigne. Le marché du neuf s'est contracté de moitié ces derniers mois. Les échanges, en vente publique, font apparaître une chute moyenne des prix de plus de 15% pour les montres de collection. La grave récession actuelle ne profite donc guère à la joaillerie.

Des bijoux de famille contre l'inflation
Tout espoir n'est pour autant, à terme, pas perdu. La création monétaire débridée de nos grands argentiers et le recours à la planche à billets vont probablement engendrer une inflation galopante. Ce type de configuration s'avère des plus propices à l'envolée des objets précieux. Les années 1970-1980 avaient ainsi vu le prix des bijoux exploser et la valeur de certaines gemmes parfois multipliées par dix ou plus.

Encore faut-il savoir bien acheter. L'envolée des pierres précieuses, il y a une trentaine d'années, avait, au contraire, suscité la déconfiture de nombreux épargnants piégés dans des diamants hors de prix vendus par certaines officines.

En dehors de ces cas litigieux, il faut cependant prendre en compte le véritable fossé qui existe entre le prix d'achat d'un bijou neuf et sa valeur lors d'une revente d'occasion, et ce, malgré l'apparition, en ce domaine également, de distributeurs low cost ou de l'explosion du commerce en ligne.

La différence reste en effet considérable : un bijou se revend ainsi fréquemment entre 50% et 75% plus bas que sa valeur à l'état neuf. En vente publique, les prix sont certes moins élevés, mais le différentiel entre un objet acheté aux enchères et revendu par ce même canal se situe, compte tenu des frais relatifs aux ordres d'achat et de vente, entre 30 et 40%. Ces frais à la base obèrent lourdement la rentabilité d'une telle opération et les commissions sur l'or, même physique, s'avèrent incontestablement plus économiques.

Sur le plan strictement financier, l'or semble beaucoup plus à même de générer, dans la période présente, de solides plus-values et constitue un investissement moins risqué. Mais bijoux et montres forment une dépense plaisir, qui conserve, au moins partiellement, sa valeur avec le temps. De tels investissements trouvent largement leur place, à titre de diversification, dans une bonne stratégie patrimoniale de long terme.

Colliers tres luxe

mercredi 15 avril 2009

Boucheron, une joaillerie de luxe

C’est en 1858 que la maison Boucheron a vu le jour, et depuis, cette joaillerie a su combler les cœurs. Situé 26 place Vendôme à Paris, elle a su se faire boucheron, une joaillerie de luxeconnaître et ainsi se développer. Vous pourrez trouver sept boutiques Boucheron en France (dont quatre à Paris, une à Canne, Saint Tropez et Monaco), treize au Japon, deux en Angleterre et la liste n’est pas exhaustive. La maison Boucheron sait faire de chaque bijou une pièce quasi unique. Elle arrive à nous faire s’évader de part la richesse de ses œuvres et de l’originalité qu’il propose. Notons que les collections Boucheron évolue avec le temps, avec la mode surtout. Pour chaque nouvelle tendance, Boucheron s’adapte et propose de nouveaux articles plus innovants les uns que les autres. Tous les styles sont représentés chez la
joaillerie Boucheron : le glamour, le chic ou le tendance en passant par le raffiné et le contemporain. Elle allie pierres et matières précieuses donnant un résultat toujours plus insolite et magique. Vous pourrez trouver de l’or jaune, de l’or blanc, de l’or rose ou noirci, de l’acier et du platine. Pour ce qui est des pierres, vous aurez le choix entre le diamant, le rubis, le saphir, l’émeraude, les perles et les perles fines. Les différents articles proposés par la maison Boucheron sont plus ou moins classés en catégorie. Dans la catégorie bague, vous avez les « bagues animaux fantastiques », qui consacre sa créativité dans deboucheron s formes animales comme par exemple, le serpent, la pieuvre ou la tortue. Une autre catégorie est celle des « bagues diamants » ou encore les « bagues symboliques ». Comme leur nom l’indique, cette catégorie propose des bagues faite de diamants ou, pour ce qui est des bagues dites « symboliques », des bagues pour les fiançailles ou les mariages. Vous pourrez opter pour un choix typiquement oriental grâce à la catégorie « bagues orientales ». Dans la catégorie bracelet, vous aurez le choix entre les « bracelets animaux fantastiques », « bracelets coutures », « bracelets diamants » et les « bracelets les symboliques ». Des broches, des boucles d’oreilles ou encore des colliers et des pendentifs vous seront proposés toujours avec autant d’originalité et de goût. Vous pourrez aussi aisément découvrir et vous laissez séduire par la collection horlogère de la joaillerie Boucheron.

mardi 14 avril 2009

Nice Watches

dimanche 12 avril 2009

Pretty in Pink and Fuschia - Pink Spring Fashion Trend

Pretty in Pink and Fuschia - Pink Spring Fashion Trend

One of the spring seasons most alluring and intriguing fashion trenda is the Pink Fashion Trend and Fuschia Fashion trend.

A few years back we saw light pink and black become the ‘it’ colors for spring. For me, that color and fashion trend reminded me of the 1950s where pink poodles skirts with black poodles were the rave. That season we saw an updated version of this same fashion trend. The popular cuts were sailor necklines and full A-line skirts, polka dots galore and black suit sets with light pink stripes. These were fabulous fashions of which I fully partook.

Now, as we look to this spring, pink is back - and in a novel and bold manner. Pink will come in a range of hues and tones including tea rose pink, salmon pink, rose pink, magenta pink, dark pink, thulian pink, fuschia pink, carmine pink and more. With so much pink blossoming up, you will want to add this color to your jewelry collection as well.

Here we have a Chopard “So Happy” ring (left) featuring 3 floating diamonds inside a pink gemstone with a diamond trim all mounted on an 18k yellow gold shank. The Chopard So Happy hearts collection is a playful and colorful assortment of heart pendants featuring the signature floating diamonds. Given the bright hue of this pink ring, try this wear with light pink or even tea rose pink clothes for a stunning contrast.

The de Grisogono ring features an enchanting pink coral - a stone not commonly used in luxury jewelry - with a shank of pave pink sapphires and brown sapphires. De Grisogono is known for creating limited edition jewelry of incredible, unusual and exotic designs. With the brown diamonds, this de Grisogono ring lends itself to being worn with clothes that incorporate rich browns and golds.

A myriad of designer luxury jewelers create fantastic jewelry using pink gemstones like pink sapphires, pink diamonds, pink tourmaline and pink coral.

Browse our catalogs or better yet search “pink” to view all of the pink jewelry to wear with your Pink Spring Fashion Trend and Fuschia Spring Fashion Trend.

Breguet Introduces Haute Joaillerie

Breguet Haute Joaillerie Les Plumes Watch, Baselworld 2008Three words: TO. DIE. FOR. Breguet unveiled its new Regal Haute Joaillerie collection at Baselworld 2008, which includes numerous examples of drop dead gorgeous high jewelry and watches. These pieces are amazingly crafted and designed and even in sketch form, you can imagine how incredibly breathtaking they will be in person. Breguet describes the new collection as “An ode to women and feminine sensitivity,” which “grants itself the privilege of eternity. Precious stones and gold illuminate these jewellery models with a dazzling light over which time has no power.” These beauties have quite a reputation to uphold. I will be the first in line to see this magnificent Les Plumes watch. It is made of 18 carat white gold with baguette-cut rubies and 1,200 TW/IF-VVS diamonds. It is self-winding and also features an 18k silvered gold dial with mother-of-pearl overlay and signature Breguet Arabic numerals, surely pleasing to any distinguishing eye or wrist. I have certainly found my new watch amore in Breguet Haute Joaillerie!

Vice de luxe : le vertu S Signature handmade

Vertu, la division luxe du constructeur finlandais Nokia, va fêter ses 10 ans au mois d’octobre. Positionnée sur un marché de niche ultraluxe, les différents modèles sont toujours de très haut standing, souvent composés de matières ultra nobles comme la platine, l’or, le cuir ou les diamants.

Distribué uniquement en réseau de bijouterie pour un prix élitiste, malgré tout, les ventes ont été deux fois plus élevées que prévu cette année, à la grande surprise de Nokia. Dirigé par Franck Nuovo, ancien chef du design de chez Nokia, la marque Vertu se développe autour d’une petite équipe de designers et d’ingénieurs d’exceptions, totalement scindé de la fabrication des modèles estampillés Nokia.

Un savoir-faire qui prend toute sa dimension avec la nouvelle édition Signature S Design de la collection Signature. Avec un habillage or ou acier, les touches en V pour vertu, le téléphone se dote d’un écran OLED et supporte les technologies wi-fi et la 3G.

Mieux, chaque téléphone porte au dos la signature de l’artisan d’orféverie qui a minutieusement assemblé tous les pièces du téléphone. Le téléphone sortira en octobre 2008 avec pour seul vice caché : son prix.

lundi 6 avril 2009

Les joailliers dans la tourmente

On l’oublie souvent, mais Basel­world est autant le salon mondial des horlogers que celui des bijoutiers et joailliers. Il est désormais connu que la crise a largement prétérité les premiers. Mais le tumulte que vit l’univers du bijou fait beaucoup moins parler de lui.

Chez De Grisogono, célèbre horloger-joaillier genevois, le directeur de la production joaillerie Patrick Affolter ne cache pas que les commandes sont en forte baisse pour les pièces situées entre 7000 et 15 000 francs, qui constituent en quelque sorte l’entrée de gamme de la société, celle où l’on fait les volumes. La baisse dépasse 40% en Europe. Les Etats-Unis sont quasiment au point mort. «Et nous avons peu de marge de manœuvre sur les prix. En les baissant, nous attenterions à la qualité des produits», poursuit-il. Seule satisfaction, les ventes des bijoux les plus chers – ceux qui coûtent plusieurs centaines de milliers de francs en boutique – «se maintiennent».

Chez Boucheron, qui se focalise sur le plus haut de la gamme uniquement, on corrobore la résilience du très haut de gamme. «Et nous n’observons pas de divergences entre nos ventes de montres et de bijoux», assure la responsable de presse, qui ne veut donner aucun chiffre. Pas même une tendance.

Les résultats publiés en début de semaine par Tiffany incitent pourtant à s’interroger sur ce relatif optimisme. Le joaillier américain a annoncé des ventes en recul de 20% au dernier trimestre de son exercice, clos fin mars. Quant au bénéfice, il a été divisé par trois. Coté en bourse, Tiffany est contraint de lever le voile sur ses chiffres. Ses attentes pour 2009? Une baisse des ventes de 11%. Les analystes sont généralement unanimes à penser que les produits les plus chers vont souffrir autant que ceux d’entrée de gamme.

Reste que si les affaires sont en recul, elles ne sont pas en voie d’extinction pour autant. Dans les halles des bijoutiers à Bâle, les rendez-vous avec les acheteurs se succédaient jeudi. Personne n’avait le temps de disserter sur l’avenir de la branche. «Vous en saurez plus dans quelques jours», répond-on un peu partout. Cela montre en tout cas l’importance de la foire bâloise pour un secteur beaucoup moins palpable que l’horlogerie, car réparti sur l’ensemble du globe, avec des acteurs de toutes tailles et de toutes structures.

mercredi 1 avril 2009

Oro Mécanica

Le prestige à l'intérieur des locaux contraste profondément avec le paysage presque miséreux que l'on traverse avant d'arriver à l'usine. Devant l'entrée, la caméra qui balaye l'espace et les gros bolides stationnés devant la porte, annoncent la couleur. 4x4 de luxe, Mercedes, BMW, Audi et autres berlines haut de gamme donnent une idée sur les visiteurs. Au premier étage, les locaux baignent dans un parfum d'encens à la marocaine. La fraîcheur des lieux coupe court avec la chaleur et la poussière du monde extérieur.

Nous sommes dans le show room de l'usine Oro Mécanica, unité spécialisée en orfèvrerie et joaillerie, située à Sidi Maârouf dans la périphérie casablancaise. Les clients, apparemment tous des habitués, sont accueillis avec de grands sourires. Ceux qui doivent patienter un peu avant d'être servis, se voient offrir des rafraîchissements et du café.
Malgré que ce ne soit qu'une après-midi de milieu de semaine, les clients ne manquent pas. Les locaux sont pleins et les vendeuses, belles et à l'apparence très soignée, ne savent plus où donner de la tête. Toutefois, elles n'abandonnent en aucun moment leur large sourire. Normale, la clientèle est très selecte et un très bon accueil reste de rigueur.

«Ce sont en moyenne quelque 900 clients qui nous visitent chaque jours. Les week-end sont encore plus mouvementés», indique une personne qui s'occupe de l'accueil. La cinquantaine bien entamée, corpulent, brun, les gestes lents, le regard vif et posé à la fois et l'assurance d'un connaisseur tranquille dans sa force: Aziz El Hajouji, maître des lieux, dirige ses collaborateurs, discute avec les clients et veille au bon fonctionnement des opérations. En bon commerçant de la vieille école, il sait pertinemment que, outre un produit de bonne qualité, le contact direct avec les clients, des éloges bien dosés et un bon accueil représentent la clef de la réussite. Et en parlant de réussite, Aziz El Hajouji, en connaît quelque chose. Son destin et celui de son unité de production sont une vraie success-story.

Né en 1955 à Fès, le jeune Aziz a toujours été fasciné par la beauté, la nouveauté ainsi que tout ce qui est fait avec goût et raffinement. Pour métier, il a choisi l'orfèvrerie. A l'âge de 12 ans, il atterrit à Casablanca où il ouvre sa première boutique, deux années plus tard à Bab Marrakech, au cœur de l'ancienne médina. «C'est là où j'ai fait mes premières armes dans le domaine et où je me suis familiarisé avec l'or, une matière qui m'a toujours séduite», indique El Hajouji.
Les premières années de Aziz dans le domaine ont été entièrement consacrées à l'apprentissage et au développement de ses connaissances en la matière. Son premier grand pas vers la réalisation de son chef-d'œuvre était la création, en 1988, de la marque «Passion», à travers laquelle il va réellement institutionnaliser son savoir-faire.

Jusqu'au-boutiste, Aziz El Hajouji, ne se contentera pas de «si peu». Le jeune homme a de l'ambition à en revendre et rien n'arrêtera sa marche vers la consécration. «Je me suis rendu compte que les vrais artisans sont de plus en plus rares et qu'il fallait sauver ce métier», explique-t-il. «J'ai effectué un grand nombre de voyage en quête de tout ce qui est à même de développer cet art ancestral et ainsi perpétuer le nom du Maroc parmi les grandes nations qui ont contribué à l'essor de ce métier», ajoute-t-il. Son ambition et ses idées novatrices vont le pousser jusqu'à même révolutionner la profession en créant en 1995 son entreprise Oro Mécanica, moyennant une enveloppe de 60 millions de DH. «Mon premier objectif était la formation, la formation et la formation», insiste El Hajouji.

De Bab Marrakech à Rafinity
En effet, les premières années étaient entièrement consacrées à la formation des jeunes. Des formateurs ont été invités d'Italie et d'Asie, pays célèbres par leur savoir-faire en la matière, pour rehausser le niveau des jeunes apprentis. «Quelque 400 jeunes ont été formés et pour la première fois, de jeunes filles font également partie des apprentis», s'enorgueillit El Hajouji. Pour donner une nouvelle impulsion à la formation, une école d'artisans joailliers a été créée en collaboration avec le secrétariat d'Etat chargé de la Formation professionnelle. «Les dépenses dans la formation étant considérables, une première augmentation du capital de l'ordre de 30 millions de DH s'est imposée en 2000», indique le créateur d'Oro Mécanica.

Après des débuts difficiles, l'unité a atteint sa vraie vitesse de croisière et les premiers fruits de ce travail de longue haleine, entamé par El Hajouji depuis 1969, date de l'ouverture de la première petite boutique de Bab Marrakech à l'ancienne médina, ont commencé à être récoltés. L'unité de production arrivait à tourner à plein régime et 400 autres jeunes apprentis joailliers ont été recrutés en 2002.
Mais, assoiffé de connaissances et de nouveautés comme il est, El Hajouji n'a pas réussi à se débarrasser de ces anciens démons. Dès que l'occasion se présente, il n'hésite pas à embarquer dans le premier avion afin de découvrir de nouveaux modèles. C'est ainsi qu'à partir de 2003, de nouveaux procédés technologiques de fabrication ont été importés et développés grâce au savoir-faire des artisans d'Oro Mécanica, dont les plus brillants suivent régulièrement des stages à l'étranger.

Actuellement, la société fait partie des meilleures usines d'orfèvrerie en Afrique. «Grâce à l'esprit innovateur de son créateur, notre unité de production est à la pointe de la technologie. Nous disposons des meilleurs procédés de fabrication», souligne Adil Benmakhlouf, responsable de communication à Oro Mécanica. Etalée sur une superficie de 20.000 m2, Oro Mécanica, qui emploie plus de 900 employés dont une cinquantaine d'handicapés, produit quelque 14 kilogrammes de bijoux en or par jour (soit 2,8 tonnes par an), couvrant ainsi entre 20 et 25% des besoins du pays en joaillerie.
Malgré le prestige de la matière première, l'ambiance à l'intérieur des ateliers est identique à n'importe quelle autre unité de production: fours, machines, travail à la chaîne et contrôle.

Les artisans, pour la plupart des jeunes, s'attellent au travail avec entrain. Certains formateurs sont «importés» d'Asie. «En compagnie de certains spécialistes rares comme les tailleurs de pierres, ces formateurs travaillent avec nous sous contrat. Dès que nos jeunes artisans arrivent à maîtriser ce savoir-faire, ces étrangers rentrent chez eux», explique Benmakhlouf.
Côté création, les ateliers de l'usine parviennent à concevoir, en moyenne, 24 nouveaux modèles par jour, faisant ainsi le bonheur des aficionados. Douze designers travaillent à plein temps pour créer des échantillons inédits.

«Notre matériel de travail est très sophistiqué. Ainsi, la plupart de nos modèles sont réalisés», indique cette jeune designer, lauréate de l'Ecole des beaux arts.
A présent, Oro Mécanica compte quelque 5.200 clients, toutes catégories confondues, à travers le Royaume. Sa nouvelle unité de production, qui sera fin prête à fin 2009, accroîtra sa capacité de production qui avoisinera les 30 kg par jour. La nouvelle usine, dont 70% de la production est destinée à l'export, donnera sans nul doute une autre dimension à cette success-story, bien de chez nous.

Zéro déchets

Matière précieuse, l'or a droit à un traitement spécial, avant de finir autour du cou, des poignets ou accroché aux oreilles des plus belles femmes. Après sa réception sous forme de lingots d'or, la matière première est mélangée avec un alliage (notamment le bronze pour l'or jaune et l'argent pour l'or gris) et transformée soit en plaques, soit en fils d'or 18 caras.
La nouvelle matière passe ensuite par différentes étapes. Il s'agit de la préparation du modèle qui consiste à concrétiser les modèles accouchés sur papier par les designers. Le montage intervient juste après. Arrive le poinçonnage de la part des services des douanes, contre une taxe. «Toutes pièces pesant plus d'un gramme, doit être poinçonnée.

A Oro Mécanica, cette opération est effectuée chaque jour, matin et après-midi», explique un responsable. Retour à l'usine pour le sertissage. «Quand ce ne sont pas les diamants ou autres pierres précieuses qui sont utilisées, nous utilisons des pierres semi-précieuses», ajoute le responsable. Arrivent après la finition, le polissage et le contrôle de qualité. A Oro Mécanica, on ne badine pas avec la matière première. La moindre petite fraction coûte cher. Même la poussière est récupérée. A la sortie des ateliers, les artisans sont tenus de se laver les mains dans un lavabo réservé à cet usage. L'eau sale est récupérée, traitée et filtrée. C'est ainsi qu'une quantité considérable d'or, vouée aux égouts, est rattrapée.

Maroc : 5 ans de prison pour l'ex-bijoutier montalbanais

Maroc : 5 ans de prison pour l'ex-bijoutier montalbanais

Serge Astorc a été condamné, tard dans la soirée de lundi, à une peine de cinq ans de prison ferme par la justice marocaine.

Pour les magistrats du Royaume, l'ex-bijoutier montalbanais, qui avait été employé par les services douaniers et les policiers français pour passer de la drogue, n'est donc qu'un vulgaire trafiquant (lire nos précédentes éditions).

« Nous avons l'impression d'avoir assisté à un règlement de compte à l'adresse de la France », assure, écœuré, son avocat français, Me Jean-Lou Lévi.

OPÉRATION « Pineapple »

Pourtant, c'est plein de confiance qu'il avait retrouvé lundi matin sa consœur marocaine Me Machda Loukili sur les marches du palais de justice à Tanger. Ils pensaient alors disposer d'une arme infaillible : les résultats de la commission rogatoire internationale délivrée en 2008 par le juge d'instruction marocain.

Ces documents, dont le retour particulièrement lent sur le bureau du juge avait poussé le tribunal à reporter une première audience, sont une mine de révélations.

Ils démontrent comment Serge Astorc a travaillé comme passeur d'un informateur des douanes dans le cadre de l'opération « Pineapple ». On y apprend également que le SRPJ de Montpellier a eu recours en décembre 2007 à la taupe des douaniers, et donc à son passeur, pour monter leur propre « coup ». Une opération, aux contours un tantinet flous, qui a capoté sur toute la largeur sans pour autant que les policiers s'en soucient. C'est presque par la bande qu'ils ont eu vent de l'incarcération d'Astorc après son arrestation sur le port de Tanger avec 400 kg de résine de cannabis.

Une version officielle à laquelle la justice marocaine n'a attaché, lundi, aucune importance.

opération illegale pour les marocains

« Je ne comprends pas ! Ils reportent une audience pour que la commission rogatoire figure au dossier. En fait, elle n'a servi à rien », déplore Me Lévi.

Les juges du Royaume ont suivi scrupuleusement le réquisitoire du procureur du Roi. En fin d'après-midi, il a assuré que les autorités marocaines n'étaient pas au courant de cette opération. Pour les Marocains elle était illégale. Astorc devait donc être considéré comme un trafiquant de drogue. Ce qu'a fait le tribunal de Tanger ignorant la demande d'acquittement formulée par les avocats de l'ex-bijoutier montalbanais. À l'annonce de la condamnation à cinq ans de prison, lundi en fin de soirée, Me Lévi et Loukili ont immédiatement fait appel.

Kara - le salon des Joailliers créateurs

Kara - le salon des Joailliers créateurs

Kara, le seul rendez-vous incontournable de la Joaillerie, salon grand-public et professionnel, s'installe au Louvre!

Paris « Capitale Mondiale du Luxe et de la Mode »
Paris « Capitale Mondiale de l'Art et de la Culture »
Paris « Capitale Mondiale de la Joaillerie »

Un événement de dimension internationale faisant appel aux valeurs historiques délivrées par la « Ville des Lumières ». A l'instar de la mode et du design nombreux sont ceux qui recherchent plus d'authenticité, de créativité pour simplement révéler au travers de ce qu'ils portent leur personnalité.

Pour sa 8ème édition, le salon prend place dans un écrin qui lui était prédestiné, le Carrousel du Louvre. Organisé autour de sa pyramide inversée, le Carrousel du Louvre s'inscrit dans un environnement culturel et historique qui sublime les événements de prestige. Avec ses 8 millions de visiteurs annuels, le monde de la Mode et le monde de l'Art en ont fait leur adresse favorite.

En créant le lien entre créativité fraîchement libérée des conventions et un public exigeant, avide de pièces originales, "Kara, Le salon des Joailliers Créateurs" est devenu le jardin de ce renouveau.